Hypnose et perception de la douleur

La douleur est une expérience personnelle, modulée non seulement par la gravité du diagnostic mais aussi par l’idée que se fait la personne des conséquences immédiates de la douleur sur sa vie, des conséquences à venir, de la durée estimée de son problème et des émotions que soulève en elle la douleur.

L’effet analgésique de l’hypnose est étudié depuis plusieurs années. Ces études, démontrent objectivement l’effet de l’hypnose sur la perception de la douleur.

Grâce à l’hypnose, le patient va trouver la capacité de modifier des perceptions, et la capacité de contrôler des fonctions physiologiques habituellement involontaires. L’hynothérapeute communique au patient confiance dans la thérapie en créant une bonne collaboration, en augmentant l’anticipation d’un bon résultat. L’hynothérapeute peut aussi changer le sens du problème (recadrage), en lui montrant, par exemple, la relativité de son problème ou bien le fait qu’il n’est pas aussi fréquent qu’il ne le pense. L’hynothérapeute peut lui montrer aussi que l’objectif qu’il cherche à atteindre est beaucoup plus modeste qu’il ne le pensait. Il peut l’amener aussi à se rendre compte que le cadre dans lequel il pensait son problème ne lui permettait pas d’envisager une solution.

Suite à des expériences et des recherches cliniques,l’hypnose s’est avérée très efficace pour la gestion de la douleur.

La pratique de l’auto-hypnose permettra au patient de gérer, de réguler la perception douloureuse et de lui redonner le pouvoir sur son trouble et donc une certaine autonomie.

L’hypnose trouve son application dans la gestion de tous types de douleurs particulièrement en rhumatologie. Une place spéciale peut être réservée à la fibromyalgie.